SITE WEB DE TEMBELY MODIBO

SITE WEB DE TEMBELY MODIBO

Un fait Social bafoué !

Lorsque Durkheim dit qu'il faut considérer les faits sociaux comme des choses, il nous lance un appel à travers cette expression d'observer les choses en dehors d'elles mêmes. Cela ne signifie point que les faits sociaux sont des choses, des faits naturels, mais plutôt une invitation à observer les choses  de l'extérieur. Ceci paraît tout à fait banal à première vue,   mais en s'enfonçant dans cette démarche sociologique, l'exercice devient une extrême complexité.

 

En effet, observer les choses en dehors d'elles même revient à faire à un raisonnement en se délogeant de ses impressions, de ses jugements personnels, de ses préjugés, des explications toute faites, donc de ses prénotions finalement. Il convient alors  d'expliquer le social par le social.

 

Cela nous a conduit à une réflexion sociologique d'un  fait assez répandu dans la société malienne dans son ensemble. Il s'agit là, de ce que l'on a préféré appeler  « l'obligation de répondre à une invitation à manger le haricot ou le non refus à manger cet aliment après une invitation ». Acceptons pour le moment ces termes  pour des raisons linguistiques et philologiques.

 

En effet, dans cette société malienne très représentée dans chacun de ses individus  par l'intermédiaire de sa "conscience collective" et édictant sa "propre vie", les membres sont semblables ou rattachés à cette dernière. Ce qui aboutit à une "solidarité mécanique". Finalement conscient des biens faits du haricot qui est un aliment très riche nutritionnellement, un membre de la société en mangeant donc du haricot est poussé par cette solidarité mécanique qui le lie aux autres membres à partager les biens faits du haricot avec ces derniers ( c'est-à-dire les autres membres). Et s'il arrive qu'un membre refuse de favorablement à l'invitation, il lui est rappelé que l'on ne refuse pas à manger du haricot…

 

On est là en présence d'un fait social assez remarquable dont il convient de comprendre à tout prix son essence sociale comme d'ailleurs beaucoup de nos faits sociaux de plus en plus assez mal compris…

 

 

    Par Tembely Modibo (Elève à l'ENA de Rabat)



03/02/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres